Soldes d'été : Profitez de jusqu'à -50%
Plus de 800 marques
Retours faciles et gratuits sous 30 jours
Filtres

VTT freeride et VTT descente : À fond la caisse !

Descentes à pleine vitesse, grands drops et terrain accidenté - si c'est votre monde, alors les VTT avec grand débattement sont de rigueur. Mais les vélos de freeride et de descente peuvent faire bien plus que d'amortir les sauts et autres obstacles avec un maximum d'amortissement. Sur cette page, nous vous expliquons tout ce que vous devez savoir sur ces bolides pour le bike park. De plus, nous vous aidons à trouver le vélo freeride ou de descente parfait pour vous Pour que votre prochaine visite au bike park soit encore plus fun. Lire la suite

Classement par Popularité

Vélo freeride ou vélo de descente - Les VTT pour les shreds les plus durs

La descente la plus dure possible est votre objectif ? Le terrain n'est jamais assez difficile et l'adrénaline est votre potion magique ? Vous préférez monter en navette ou en téléphérique ? Dans ce cas, un VTT de freeride ou un vélo de descente est l'engin qu'il vous faut. En bref : « Heavy Duty » pour un plaisir intense en VTT en descente. Mais quelle est la différence entre le freeride et la descente ? Et en quoi la technologie des vélos diffère-t-elle ? Car même si, à première vue, les catégories se ressemblent beaucoup et se recoupent, il existe des différences entre les VTT de freeride et ceux de descente.

Au début, il y avait le VTT de descente : Bien avant l'apparition de termes tels que Freeride ou Gravity, la descente avait déjà sa place dans le monde du VTT. Un grand débattement, des systèmes de freinage performants et des composants quasiment indestructibles étaient déjà les caractéristiques spécifiques des vélos de descente dans les années 1990. En raison des exigences élevées imposées au matériel, les VTT de descente sont à l’origine du développement des fourches suspendues et des amortisseurs de plus en plus sophistiqués, des freins à disque solides, des pneus increvables et des composants robustes. Quand le VTT est devenu vraiment populaire, les retransmissions en directes à la télévision des courses de descente sont devenues très populaires sur les chaînes de sport. Le mot-clé « course » indique donc déjà clairement de quoi il s'agit dans la descente : atteindre l'arrivée le plus rapidement possible sur un parcours en descente le plus difficile possible. En bref : La descente est un combat contre la montre avec un facteur d'adrénaline élevé pour les coureuses et les coureurs avec une technique de conduite éprouvée et un penchant pour la vitesse.

Au Canada et aux États-Unis, à l'apogée du boom du VTT dans les années 1990, prendre le plus de plaisir possible avec ces gros vélos sur des descentes techniquement très exigeantes était très tendance. Soudain, il ne s'agissait plus de se battre pour des secondes, mais pour un certain style et des acrobaties sophistiquées - le freeride était né. L'alternative amusante à la descente qui met les nerfs à rude épreuve. Cette nouvelle approche a également entraîné de nouvelles exigences pour les vélos. Alors qu'un vélo de descente doit être le plus indestructible possible, un vélo de freeride doit être suffisamment maniable pour les drops s et les air-time.

Le VTT de descente et ses caractéristiques en un coup d'œil

Le VTT de descente demande donc un maximum de compétences techniques et est tourné généralement vers la compétition. Il s'agit de rouler à des vitesses maximales sur des descentes extrêmement accidentées. Les vélos de descente sont donc (à de très rares exceptions près) des VTT tout-suspendus et sont construits de manière à résister à des charges élevées et à garantir une stabilité de conduite maximale. Les vélos de descente ont un débattement mini de 180 mm, mais la plupart d’entre eux ont des débattements supérieurs à 200 mm. Les vélos de descente ont souvent des fourches à double pont, car elles apportent beaucoup plus de stabilité que les fourches à simple couronne habituellement utilisées sur les VTT. 

La géométrie des vélos de descente est conçue de manière à ce que le centre de gravité du cycliste se trouve le plus loin possible au-dessus de la roue arrière. De plus, un empattement long et un angle de direction extrêmement plat assurent une conduite sûre à grande vitesse sur les terrains accidentés. Les systèmes de freinage à disque doivent résister à des sollicitations extrêmement élevées en descente, c'est pourquoi les disques à quatre pistons avec des disques de 203 mm sont presque obligatoires. Les roues et tous les autres composants des VTT de descente sont également conçus pour une résistance maximale. Le poids est ici secondaire. C'est pourquoi les vélos de descente sont souvent un peu plus lourds, de 16 à 18 kg, que les vélos de freeride.

Le VTT freeride et ses caractéristiques en un coup d'œil

La polyvalence en montagne est plus importante sur un vélo de freeride qu’un débattement maximal ou que la stabilité de conduite. Comme les vélos de descente, les VTT de freeride sont presque toujours tout suspendus. Un VTT de freeride possède cependant toujours une fourche à suspension avec un seul pont (single crown), afin de ne pas être limité dans les sauts et le style et de pouvoir utiliser le braquage complet du guidon dans les virages très serrés. Le débattement de la suspension d'un vélo de freeride est généralement inférieur à celui d’un vélo de descente, environ 180 mm. 

Sur les VTT de freeride, la position du cycliste est plus proche du centre du vélo (le pédalier) pour contrôler le vélo en toutes situations, même en cas de sauts. Les vélos de freeride disposent en général de rapports de transmission un peu plus longs que les VTT de descente. Cela vous permet, si besoin, de rouler en montée. Le VTT freeride est un peu plus léger que le VTT de descente, environ 16 kg. Certains fabricants proposent des VTT freeride vraiment adaptés pour des montées courtes, ce qui rend la distinction avec le VTT Enduro plus floue sur certains modèles.

Guide d'achat VTT de descente et de freeride - Les points à prendre en compte

Vous connaissez maintenant les différences fondamentales entre les VTT de descente et les VTT de freeride. Dans le guide d'achat suivant, nous allons aborder leurs composants. Vous saurez ainsi exactement les éléments à prendre en considération lors de l'achat de votre prochain jouet pour le tout-terrain.

Le cadre - Compromis entre poids et stabilité

Comme dans toutes les catégories de VTT, les cadres des modèles haut de gamme de freeride et de descente sont également disponibles en carbone. Ces cadres sont plus légers que les modèles moins chers en aluminium. Sur le plan fonctionnel et de la stabilité, il n'y a pas de différence entre le carbone et l'aluminium. Mais compte tenu de l'utilisation intensive des vélos - parce que les chutes peuvent être fréquentes et que le poids ne joue pas un rôle décisif, surtout en descente - vous pouvez tout à fait envisager de choisir un cadre moins cher en aluminium.

Le châssis - Décisif pour le fun en bike park

Ne lésiner pas sur la fourche suspendue et l'amortisseur ; ce sont des composants essentiels pour le freeride et la descente. Comme nous l'avons déjà mentionné, les vélos de freeride ont un débattement d'environ 180 mm, les vélos de descente un débattement de 200 mm ou plus. Comme le poids n'est pas une catégorie déterminante, surtout en descente, on utilise ici des éléments de suspension à ressort en acier, même pour le haut de gamme, car ils réagissent avec précision et régularité sur toute la course de la suspension. Les fourches à suspension et les amortisseurs à ressort pneumatique sont incontournables si vous voulez changer vos réglages sur le trail ou si vous devez rouler en montée pendant les transitions. Pour que la puissance soit transmise à la pédale sans perte malgré la longueur des débattements, vous devez choisir un amortissement efficace au niveau de la fourche et de l'amortisseur. La fourche et l'amortisseur doivent donc être dotés d'un réglage précis de l'amortissement en compression, afin que vous puissiez décider, en fonction de votre poids et de votre style de conduite à quelle vitesse et à quelle force la suspension doit se comprimer. Si vous voulez faire du freeride avec de nombreuses côtes, veillez à ce que le mode Trail soit très ferme, voire même en mode Lockout.

Les pneus - Tout dépend de l'adhérence

Pour le freeride et la descente, l'accent est mis sur une adhérence et une tenue de route maximales dans les virages pour des descentes sûres sur tous les terrains et sur une protection optimale contre les crevaisons. C'est pourquoi on monte, sur les vélos de freeride et de descente, des pneus de 2,3 à 2,4 pouces de large avec un profil très sculpté et une carcasse à plusieurs couches pour une protection efficace contre les crevaisons. Bien sûr, ces pneus sont plus lourds, mais ne vous laissez pas abuser par les versions « allégées » pour l'enduro ou le trail : pour un plaisir intact en descente et en freeride, le «Heavy Duty » est de rigueur. Le Tubeless devrait également aller de soi pour le freeride et la descente : la protection anti-crevaison plus élevée de ce système par rapport aux pneus traditionnels avec chambre à air est un avantage inestimable dans ce domaine.

Les freins - Des freins puissants sont indispensables

Pour la descente et le freeride, les développeurs proposent généralement des systèmes de freinage spéciaux, extrêmement puissants et stables. Un frein à disque à quatre pistons et des disques de 203 mm de diamètre s’imposent. Comme pour les pneus : il ne faut pas faire de compromis en faveur d'un poids légèrement plus faible. Seuls les disques de frein de grande taille garantissent des performances fiables, sans surchauffe, même lors de freinages violents à des vitesses maximales.

Les roues - Stabilité et fiabilité sont les maîtres mots

Comme pour les pneus, les roues des vélos DH et de freeride doivent être absolument stables et fiables. Il n'est pas question de faire des compromis en faveur d'un poids légèrement plus faible. Les jantes sont larges, afin que les pneus volumineux utilisés en descente et en freeride puissent s'arrondir. Les jantes doivent absolument être compatibles avec le système Tubeless. En ce qui concerne le diamètre des roues, la tendance est plutôt à l’utilisation de roues de 29 pouces sur les vélos de descente. En effet, les grandes roues tournent plus lentement et apportent ainsi encore plus de stabilité de conduite et de sécurité à une vitesse maximale sur les terrains accidentés. Les roues de 27,5 pouces, un peu plus petites, sont, par construction, un peu plus stables et apportent une meilleure maniabilité et de meilleures sensations de conduite - elles sont donc plutôt recommandées pour votre futur vélo de freeride. 

Certains fabricants combinent les diamètres des roues sur leurs VTT de freeride, mais aussi sur leurs vélos de descente : 29 pouces à l'avant pour une direction stable et un roulement plus fluide sur les obstacles, 27,5 pouces à l'arrière pour une direction plus réactive et une meilleure stabilité de la roue lors des sauts. Ces vélos sont appelés « mullet-bikes », en référence à la célèbre coupe de cheveux.

En fin de compte, le choix du diamètre de roue qui vous convient dépend de vos préférences et de votre style de conduite.

Le dérailleur - Un plateau à l'avant, un réglage fin à l'arrière

Que ce soit en freeride ou en descente, tous les vélos utilisent désormais un seul plateau. Un guide-chaîne spécial veille à ce que la chaîne ne puisse pas sauter. En ce qui concerne le dérailleur et la cassette, les coureurs de descente veillent surtout à avoir le choix entre les vitesses les plus rapides possibles. Car même si le spectateur ne s’en rend pas compte : En descente, c'est souvent celui qui a les jambes les plus fortes et qui peut passer les vitesses les plus grandes qui fait la différence. En freeride, c'est un peu différent. Il s'agit plus de la gradation la plus large possible des vitesses. La boîte de vitesses devrait donc aussi avoir de grands pignons pour les montées plus courtes. 

Dans les deux catégories, le dérailleur est l'une des pièces qui s'abîme le plus et qui doit être souvent remplacée. Il n'est donc pas nécessaire d'opter pour la version la plus chère si vous voulez ménager votre porte-monnaie à long terme.

Vélos de descente et de freeride - Les autres points importants

Une tige de selle abaissable est un incontournable sur les vélos de freeride. Bien que vous rouliez généralement avec une selle abaissée, vous pouvez rapidement et facilement la relever pour de courtes montées. Pour que vous puissiez vraiment utiliser la fonction pratique d'un Dropper Post, la tige de selle abaissable doit avoir une commande à distance sur le guidon. En VTT de descente, de nombreux cyclistes roulent généralement avec une selle basse. Dans ce cas, la possibilité d'abaisser la selle n'est pas nécessaire - mais elle ne nuit pas de mal non plus. 

Pour une conduite sûre et facile, les guidons larges sont très importants pour le freeride et la descente : Un guidon de descente doit être au moins de 800 mm. S'il est trop large, vous pourrez toujours le raccourcir par la suite. Pour que vous ayez toujours une maîtrise parfaite de votre vélo DH ou de freeride et que vous gardiez le contrôle total, vous devez impérativement monter des poignées de guidon antidérapantes de qualité. Si les poignées de série ne vous conviennent pas vraiment, si elles sont trop épaisses ou trop fines pour vos mains, vous devez absolument monter d'autres poignées.

VTT de freeride et de descente - Résumé

Maintenant, vous savez tout sur les VTT freeride et Downhill. Ci-dessous, nous avons résumé les points les plus importants.

  • La descente et le freeride consistent à prendre un maximum de plaisir à descendre en tout terrain. Les descentes raides, les drops et les sauts sont les terrains sur lesquels ces vélos se sentent bien.
  • Les deux disciplines ont vu le jour dans les années 1990. La descente est même considérée comme la discipline d'origine du VTT.
  • Les exigences imposées au matériel en freeride et en descente sont énormes. Pour les vélos de descente, l'accent devrait donc toujours être mis sur des pièces résistantes et fiables. Le châssis, les systèmes de freinage, les roues et les pneus doivent résister à des contraintes maximales.
  • Pour une performance maximale sur le terrain, des éléments de suspension de haute qualité sont particulièrement décisifs. L'adaptation de la suspension et de l'amortissement au cycliste et au parcours est souvent décisive aussi.