Plus de 800 marques
Retours faciles et gratuits
Livraison gratuite à partir de 100 €6

À quoi prêter attention en achetant un guidon vélo ?

Vous arrivez à imaginer un vélo sans guidon avec par exemple un volant ou un levier de commande ? Nous, non. Nous estimons que la barre souvent incurvée de toutes les formes, tailles, matières et couleurs est un composant indispensable du poste de pilotage du vélo. Certains types de guidons de vélo vous permettent de gagner en rapidité et d’autres en confort. Vous découvrirez ci-dessous tout ce que vous devez savoir sur les guidons pour vélos de course, VTT, VTC et vélos de ville. Continuer de lire

Aperçu des thèmes relatifs aux guidons vélo

La fonction d’un guidon vélo

Ce composant, autrefois appelé aussi barre de direction ou cintre de direction, transmet la direction à la roue avant en association avec la potence et la fourche grâce à son effet de levier. Le guidon est donc centré dans la potence. Il existe aussi des guidons de vélos qui prennent la forme d’un ensemble fixe réunissant guidon et potence.  
Le principe et le fonctionnement d’un guidon n’a pas évolué depuis plus de 100 ans. On fait une distinction entre guidon droit et guidon cintré. La forme la plus fréquente d’un guidon cintré est le guidon de course. Les guidons droits sont surtout utilisés sur les VTT, les VTC, les vélos de ville et les vélos électriques. Les formes les plus contradictoires qui s’opposent sont les guidons inférieurs avec des Drops sur des guidons de course étroits et les guidons de VTT dotés de guidons droits particulièrement larges.  
Pour que tout soit clair à ce sujet, il n’y a pas de disparités importantes dans les domaines suivants : matière, diamètre de serrage, pose de câbles, fonctions d’intégration, et ce, malgré un vaste éventail de formes et de couleurs. 

Quand remplacer le guidon de votre vélo

Il existe de nombreuses raisons qui pourraient vous pousser à remplacer le guidon de votre vélo.  
Dans le cas le plus simple, dès vos premières sorties avec votre nouveau vélo, vous n’appréciez pas votre position, malgré les conseils qui vous ont été prodigués et les essais. Cette mauvaise position peut entraîner des douleurs, si vos poignets sont trop inclinés par exemple. Nous n’appliquons pas la règle selon laquelle il faut souffrir pour être beau, mais plutôt cette règle : celui qui veut prendre du plaisir choisira un guidon approprié et adaptera son cockpit à ses besoins de manière optimale. Le guidon ne doit donc pas être le seul responsable, vous devez aussi tenir compte de la selle, de la tige de selle et de la potence. Vous devez également savoir que le guidon supporte une charge différente selon la position de conduite sur chaque type de vélo :

Point de contact Vélo de course/VTT XC
VTT/VTC/Vélo de tourisme Vélo de ville
Charge sur le guidon 20 % 20 % 5 %
Charge sur la selle 10 % 30 % 70 %
Charge sur les pédales 70 % 50 % 25 %
Source : http://www.fa-technik.adfc.de/Ratgeber/Sitzen/

Concernant les données indiquées dans le tableau, vous devez aussi prêter attention à l’angle entre les bras et le tronc. Sur un vélo de course sportif ou un VTT XC, cet angle est souvent supérieur à 90°. Les efforts de maintien sont beaucoup plus importants au niveau des bras, des épaules et du dos.

Il est aussi possible d’effectuer certaines modifications ultérieures si vous achetez un vélo d’occasion. La géométrie du guidon peut éventuellement vous convenir, mais les autres propriétés ne sont pas à la hauteur de vos exigences. Le guidon peut par exemple être trop lourd, afficher des couleurs qui vous déplaisent, être trop étroit pour exécuter vos manœuvres, être dénué de supports pour des accessoires ou présenter la mauvaise géométrie.

C’est très fâcheux, mais pourtant fréquemment la cause de chutes ou d’accidents. Les guidons de vélo en carbone, mais aussi les guidons fissurés ou cabossés en métal et toutes les pièces endommagées nécessaires à la transmission de la force doivent alors être remplacés. Votre vélo est « simplement » tombé, que faire maintenant ?

Vous devez vous poser les questions suivantes dans ce cas : pourquoi et où est-il tombé ? À quelle vitesse ou avec quelle force ? Comme vous inspecterez en détail votre vélo en cas de chute à la recherche de dommages conséquents, une lampe de poche peut vous être utile. Dans le cas de guidons en carbone, de petites rayures peuvent entraîner des microfissures profondes incontrôlables et un délaminage aux conséquences mortelles. Si une rayure devait finalement être une fissure ou un trou, vous devez rapidement procéder au remplacement. Si vous n’avez rien repéré de spécial, vous pouvez réaliser une vérification des charges ultérieurement. Si votre guidon présente plus de flexibilité lorsque vous tirez ou appuyez dessus, ou lorsque vous tordez les extrémités, ou s’il produit des sons étranges, vous devez faire attention. En cas de doute, vous devez demander conseil à un atelier. 
Concernant les guidons en aluminium, en acier ou même en titane, des déformations observables de la géométrie et des chocs sont des facteurs sans équivoque. Des rayures au niveau de la surface sont moins inquiétantes que sur les modèles en carbone. En revanche, les fissures sont facilement identifiables et ressemblent rapidement à des points de rupture.

Concernant les ruptures, les vélos de course des cyclistes professionnels ne sont pas remplacés sans raison après des milliers de kilomètres de lutte acharnée et des puissances de pointe de plus de 2 000 watts. Suite à des charges statiques importantes et à de nombreux changements de charges, des ruptures de fatigue et des déformations peuvent se produire sur les pièces métalliques et les guidons. Chaque métal présente une autre résistance à la rupture. Cela signifie que selon le degré de fragilité, le matériau se déforme avant de fissurer après une charge encore plus importante ou il casse directement.

Les différents types de guidons et les variantes importantes

Il s’est avéré que vous devez acheter un nouveau guidon de vélo. Vous ne devez cependant pas jeter votre ancien guidon à la poubelle. Vous pouvez peut-être le réutiliser comme patère ou support de vélo.

Faites une recherche sur Internet pour trouver de nombreuses idées à partir de guidons de vélos. Pour vous offrir une vue d’ensemble, nous souhaitons vous présenter plus en détail les types de guidons de vélo les plus répandus.

  • Guidons pour vélo de course 
    Forme cintrée : après la première courbure extérieure, on trouve les drops qui forment le guidon inférieur  
    Assure une position aérodynamique et plus de contrôle 
    Variantes :  Guidons pour vélo de course : guidon pour vélo de piste / vélo tout-terrain/Gravel
  • Guidons pour VTT 
    Forme de barre avec une ou plusieurs courbures, mais seulement une zone de préhension aux extrémités 
    Largeurs entre 600 et 800 mm ou plus pour une transmission de force et un contrôle optimaux 
    Variantes : Flatbar, Riser-Bar
  • Guidons pour vélo de ville/VTC 
    Forme de barre : une ou plusieurs courbures conduisent à une zone de préhension aux extrémités 
    Cas spécial du guidon multifonction : plusieurs courbures forment un cintre 
    Largeurs entre 550 et 700 mm 
    Variantes : Guidon cintré Flatbar avec courbure vers l’arrière sur le guidon multifonction (également appelé guidon bretzel)
  • Guidon pour vélo de triathlon/course contre la montre 
    Type de guidon hybride alliant le guidon de base et un prolongateur de guidon : prolongements de bras (extensions) et accoudoirs 
    Assure une position spécialement conçue pour l’aérodynamisme et le triathlon
  • Guidon pour BMX/Dirt 
    Forme spéciale Riser-Bar pour une meilleure transmission de la force et encore plus de stabilité

Comme pour les vélos, il existe de très nombreuses formes et variantes de guidons qu’il est difficile de classifier. Les modèles combinant guidon et potence sont particulièrement appréciés sur les vélos de course premium et les VTT cross country. Vous en saurez plus dans cette rubrique : Les avantages des ensembles Guidon-Potence.

La conception et les dimensions nominales des guidons de vélos

Vous devez remplacer le guidon de votre vélo et vous avez trouvé le type approprié d’après la description des différentes formes de guidons ? Vous recherchez par exemple un guidon pour vélo tout-terrain/Gravel ou un Riser-Bar, mais vous trouvez des modèles présentant des largeurs, des diamètres ou des Rise différents ? Pour trouver le modèle parfait, découvrez maintenant tout ce que vous devez savoir sur les similitudes en matière de géométrie et les différences entre les guidons de course et les guidons de VTT.

À l’exception des modèles combinant guidon et potence, tous les guidons de vélo sont serrés dans une potence. Vous devez donc opter pour un guidon affichant un diamètre extérieur adapté au diamètre intérieur du serrage.

Les guidons des vélos de course et des VTT de randonnée actuels affichent généralement un diamètre de serrage de la potence surdimensionné de 31,8 mm. Ils permettent ainsi aux fabricants de composants d’atteindre un rapport parfaitement maîtrisable entre poids et rigidité. Il existe évidemment aussi des formes spéciales comme les guidons particulièrement stables pour Downhill avec un serrage de 35 mm. Les guidons ultra solides sont installés sur les nouveaux VTT Hardcore et les VTT électriques Fully pour l’enduro et le Freeride. Ils offrent la stabilité et la rigidité nécessaires pour l’énorme effet de levier. Il est plus rare de trouver des guidons de VTT et de vélo de course de 31,7 mm. Les guidons fabriqués presque exclusivement en Italie peuvent aussi être utilisés sans problème avec des potences de 31,8 mm. Si vous êtes équipé d’un modèle classique ou d’un vélo avec potence à plongeur, vous pouvez aussi avoir besoin d’un guidon avec un diamètre de 25,4 ou 26,0 mm. Sur les anciens VTT avec fourche filetée, les guidons Flatbar ou Riser-Bar affichent souvent un diamètre de serrage de 25,4 mm. Sur de nombreux vélos de course vintage, le cintre de vélo mesure 26,0 mm dans la zone de serrage. Les guidons plus fins s’intègrent souvent de manière plus harmonieuse sur les vélos de course en acier et les VTT. Vous pouvez déterminer le diamètre vous-même à l’aide d’une vanne guillotine. Il est aussi fréquent que le diamètre, la largeur et la courbure vers l’arrière (Backsweep) soient imprimées sur la zone de serrage.

Outre le diamètre du serrage du guidon, il y a aussi le diamètre de serrage au niveau des poignées. Celui-ci est standardisé sur les guidons de vélo modernes et s’élève à 22,2 mm sur les guidons droits et à 23,8 mm sur les guidons de course.

Votre guidon de VTT affiche par exemple un Backsweep de 9°. Cet angle décrit la courbure vers l’arrière observée à l’horizontale (également appelé coude) du guidon après la zone de serrage. Vous pourrez aussi trouver d’autres courbures dans différentes directions. Les guidons de VTT courants affichent un Backsweep compris entre 6 et 9°. Les guidons pour VTC, vélos de ville ou autres vélos électriques urbains affichent souvent une courbure vers l’arrière d’au moins 17°. En association avec un Upsweep (courbure verticale), vous pouvez profiter d’une position de conduite plus droite et confortable. Même sur les VTT de randonnée, les guidons ergonomiques avec un Backsweep de 12° et plus sont de plus en plus populaires.

Nous avons déjà évoqué la courbure vers l’arrière, mais il faut savoir que la plupart des guidons de VTT et certains guidons pour vélos de course proposent aussi une courbure vers le haut. Ce qu’on appelle Upsweep correspond à l’angle du guidon après le serrage en direction verticale. Lorsque l’angle avec la ligne centrale du serrage se dirige vers le bas, on parle aussi de Downsweep. 
Lorsque l’angle du guidon est dit Upsweep, les extrémités du guidon sont en l’air. C’est pourquoi on observe une autre modification de l’angle pour offrir une bonne zone de préhension. Tout particulièrement sur les Riser-Bar de VTT, mais aussi sur les guidons de course pour un contrôle en dehors de la route, par exemple pour la pratique du Gravel, la différence de hauteur entre la zone de préhension et la zone de serrage est désignée par le terme de Rise. Un guidon Riser-Bar de VTT vous permet de vous tenir droit sur le vélo et de décaler davantage le poids du cycliste vers l’arrière. La conduite est donc meilleure sur des pistes rapides et au milieu des sauts et des drops en Downhill. 
Les guidons de VTT et les guidons Drop Bar des vélos de course sont fondamentalement différents, nous allons désormais évoquer les particularités de leur géométrie.

La géométrie spécifique des guidons pour vélos de course

Commençons par l’un des principaux critères de choix : la largeur du guidon.  
La largeur des guidons Drop-Bar pour vélos de course est généralement mesurée au point le plus bas de la courbure du Drop, au niveau de la zone de montage du levier de frein. Les fabricants indiquent cette distance en centimètres ou en millimètres soit entre le milieu du tube gauche et droit, soit au niveau de la paroi externe du tube. Les indications imprimées sur les guidons de course concernent la largeur au niveau des poignées du guidon supérieur. La largeur au niveau des extrémités du Drop peut aussi être plus importante sur les vélos Gravel par exemple pour plus de contrôle. L’exposition du guidon inférieur vous permet d’en savoir plus.

Quels sont les atouts de la division entre guidon supérieur et guidon inférieur ?  
Outre les possibilités de préhension supplémentaires, le guidon inférieur favorise un meilleur contrôle lors des manœuvres de freinage, une transmission efficace de la force lors des sprints et un aérodynamisme optimal. L’attribut le plus répandu est le Drop. Il s’agit de l’écart entre le guidon supérieur et le guidon inférieur. En d’autres termes, c’est la différence de hauteur entre le guidon supérieur et le guidon inférieur. Selon l’usage que vous ferez de votre vélo de course, votre vélo cyclo-cross ou votre vélo Gravel et selon votre morphologie, les recommandations sont différentes concernant la taille du Drop. 
Les compétiteurs bien entraînés et les cyclistes sans limitation de mouvement peuvent opter assurément pour un guidon avec un Drop de plus de 130 mm. Avec une surélévation importante (différence entre la hauteur de selle et la hauteur du guidon supérieur), vous pouvez atteindre une position plus aérodynamique sur le guidon inférieur. Vous choisirez un guidon de course affichant un Drop inférieur à 130 mm si vous êtes moins flexible au niveau du dos et si le moindre milliwatt n’est pas votre priorité.  
De tels guidons conviennent parfaitement aux cyclistes qui veulent se lancer sur des distances plus longues ou s’aventurer sur des circuits d’une journée. Les cyclistes équipés de vélos cyclo-cross et Gravel optent aussi majoritairement pour des guidons avec un Drop inférieur à 130 mm. Sur certains modèles Gravel, l’espace avec le guidon inférieur est même inférieur à 100 mm. Cela présente l’avantage de pouvoir atteindre le guidon inférieur plus rapidement et en toute sécurité pour un contrôle optimal sur tous terrains.

Pour qu’un guidon de course soit confortable dans toutes les positions au niveau du guidon inférieur, outre le Drop, un autre aspect est aussi très important : le Reach. Il correspond à la forme horizontale du guidon et s’avère primordial pour le positionnement des leviers de vitesses/frein. Les tailles de Reach suivantes s’appliquent en général : les guidons pour compétitions sur route ou sur piste affichent un Reach supérieur à 80 mm. Les guidons pour vélos de course, comme les vélos de randonnée, cyclo-cross et Gravel, affichent souvent un Reach inférieur à 80 mm.

Il ne suffit pas de tenir compte du Drop et du Reach pour bien estimer le potentiel de préhension d’un guidon pour vélo de course. Si vous voulez remplacer votre guidon défectueux par un modèle similaire, vous devez aussi prêter attention à la forme du cintre. Il en existe trois types différents :

Classique Classique Ergo

Forme du Drop

  • Descend directement après le guidon supérieur
  • Drop avec courbure semi-arrondie
  • Peu de changement du rayon du Drop
  • Extrémités du guidon droites

 

 

 

 

 

Forme du Drop

  • Descend légèrement jusqu’à l’emplacement du levier de vitesses/frein
  • Puis descend abruptement
  • Jusqu’à l’extrémité de la courbure
  • Ensuite courbure supplémentaire jusqu’au début de l’extrémité du guidon
  • Plusieurs changements de rayon 

Forme du Drop

  • Descend légèrement jusqu’à l’emplacement du levier de vitesses/frein
  • Puis descend abruptement 
    Ensuite courbure homogène
  • Le Drop affiche plusieurs rayons changeants mais pas de paliers 

 

 

Possibilités de préhension

  • Guidon supérieur, levier de vitesses/frein, extrémités du guidon inférieur (position de sprint)

 

 

 

Possibilités de préhension

  • Guidon supérieur, levier de vitesses/frein, au niveau du Drop au point du Reach le plus élevé, palier du guidon inférieur, extrémités du guidon inférieur (position de sprint)

Possibilités de préhension

  • Guidon supérieur, levier de vitesses/frein, au niveau du Drop au point du Reach le plus élevé, plusieurs positions sur le guidon inférieur

 

 

Un guidon pour vélo de course doit être le plus étroit possible pour un aérodynamisme optimal et le guidon inférieur doit être le plus bas possible.  
Il y a 10 ans, cette règle était largement répandue parmi les sportifs et les amateurs. Avec l’avènement du bikepacking, du cyclo-cross et du Gravel, l’apparition du Flare en plus d’un Drop plus court a permis de gagner en confort. Sur les vélos de course, le Flare désigne un Drop supérieur à 90° à partir du guidon supérieur. Un Flare moins important rend déjà l’utilisation du guidon inférieur plus confortable. Vous pouvez mieux poser vos bras sur le guidon supérieur qui sont ainsi moins tendus. Les guidons pour vélos Gravel et tout-terrain affichent même parfois un Flare de 30° et plus.  
Le meilleur des univers du vélo de course et du VTT est ainsi réuni : une position plus aérodynamique sur des circuits plus longs ainsi qu’un bon effet de levier et un meilleur contrôle du freinage sur les circuits Gravel. La boutique en ligne BIKE24 vous propose des filtres pour trouver facilement un guidon pour vélo de course avec un Flare. Outre des Drops Flare, les modèles proposent aussi des extrémités de guidon exposées (Drop Outward Bend). En association avec le Flare, vous profitez ainsi d’un angle encore plus agréable au niveau des poignées. Vous reconnaissez un guidon avec cette géométrie aux largeurs différentes entre le guidon supérieur, les Drops et les extrémités du guidon.

Riser-Bar pour VTT de 800 mm de large – Qu’est-ce que cela signifie ?

Contrairement au guidon de course, la largeur des guidons de VTT est toujours mesurée entre les deux extrémités. Cette valeur est presque toujours indiquée en millimètres. Plus la largeur est importante, plus le niveau de contrôle et l’effet de levier seront importants. Un guidon Riser-Bar de VTT d’une largeur de 800 mm est considéré comme plutôt large et sera surtout installé sur des vélo enduro et Downhill. Une question reste en suspens : qu’est-ce qu’un Riser-Bar de VTT ? 
Le Rise désigne la différence de hauteur entre la zone des poignées et la zone de serrage. Si le guidon de VTT affiche un Rise de 0 mm, il s’agit d’un Flatbar (guidon droit).  
Si le guidon de VTT affiche un Rise de 20 mm par exemple, on parle de Riser-Bar. Il existe aussi des guidons avec un Rise négatif. Ils sont généralement installés avec une potence courbée vers le bas sur des vélos cross country, mais aussi parfois sur des Downhill. Avec un Rise positif, vous êtes assis droit plutôt confortablement. Le poids du cycliste est davantage décalé vers l’arrière, ainsi la pression au niveau de la roue avant diminue. Avec un Flatbar ou un Rise négatif, vous êtes davantage penché et donc plus aérodynamique. Le poids du cycliste est décalé vers l’avant et la pression exercée sur la roue avant est plus importante.  
Un Riser-Bar de VTT de 800 mm de large vous permet aussi de bénéficier d’un niveau de contrôle important dans une position toutefois agréable.

La largeur conseillée pour votre nouveau guidon

Pour le savoir, nous devons à nouveau faire une distinction entre les guidons de course et les guidons droits.

Pour les guidons de course, la formule empirique suivante s’applique : Largeur du guidon = Largeur des épaules +/- 2 cm ; c’est un indice pour choisir la bonne largeur. Mais il s’agit là d’une valeur estimative grossière. Un cycliste plus grand en moyenne peut tout à fait se sentir à l’aise et respirer plus librement sur un vélo de course avec un guidon de 46 cm que sur un modèle correspondant à sa largeur d’épaules. La plupart des guidons de course proposés par BIKE24 sont disponibles dans des largeurs comprises entre 38 et 46 cm, par incréments de 2 cm. Pour les femmes plus fines, il est aussi possible d’opter pour un guidon de course de 36 cm de large sur demande. Les cyclistes équipés de vélos cyclo-cross et Gravel privilégient souvent les guidons plus larges. Les modèles plus larges aux extrémités du guidon en raison du Flare et du Drop offrent un levier encore plus grand et ainsi davantage de contrôle. 

Sur les guidons droits, à savoir sur les VTT, les VTC et les vélos de ville, la largeur appropriée dépend du cycliste, du vélo et du domaine d’utilisation. Un guidon plus large peut améliorer la stabilité, le comportement dans les virages et le niveau de contrôle. 

Il convient cependant de faire attention à ce que l’effet de levier dépende de l’angle de direction, de la longueur de la potence, de la largeur du guidon et bien évidemment du cycliste. L’effet de levier devrait vous permettre de bien équilibrer votre vélo et de changer de direction suffisamment vite. Sur un vélo Downhill avec une potence courte de 50 mm et un angle de direction plat inférieur à 65°, un guidon d’une largeur de 800 mm peut s’avérer utile. Si vous utilisez plutôt un VTC avec une potence longue de 100 mm et un angle de direction de 70°, vous disposerez de suffisamment de force avec un guidon d’une largeur de 600 mm.  
À ce propos : la force dépend bien évidemment aussi du cycliste. Si une personne de petite taille utilise un vélo équipé d’un guidon de 800 mm, elle devra déjà relever les coudes en ayant le dos droit ou enfoncer ses bras de manière peu esthétique. Dans ces conditions, la position appuie sur les avant-bras et les épaules en pâtissent. Le niveau de contrôle et de maniabilité diminue, tandis que la sécurité est plus approximative. Dans ce cas, vous devez réduire la largeur du guidon et vérifier la forme du guidon ainsi que la longueur de la potence et l’angle. En revanche, si une personne de plus de 1,85 m s’assoit sur un vélo équipé d’un guidon de 800 mm, elle se sentira à l’aise et stable et pourra développer suffisamment de puissance et de force au niveau de la ceinture scapulaire en cas de besoin. De manière générale, la largeur du guidon doit vous offrir une position de conduite agréable. Dans la position optimale de base, vos bras sont légèrement repliés avec vos coudes vers le bas et le haut du bras est en rotation vers l’extérieur. Cette posture vous permet de basculer rapidement en position active si nécessaire par exemple au début d’un trail ou lors d’un freinage d’urgence au milieu du trafic routier.

Un autre facteur qui influencera votre choix en matière de largeur de guidon est l’aérodynamisme, surtout sur les vélos de course. En alliant un guidon plutôt large avec une position de conduite droite, vous augmentez considérablement la résistance au vent. De plus, la franchissabilité se détériore dans les zones plus étroites, comme entre deux arbres ou entre deux véhicules en stationnement au milieu du trafic à un feu de signalisation. Même entre vos quatre murs et dans votre cave, un guidon large peut vous poser des problèmes. 

Si vous utilisez un VTT, vous avez le choix parmi des largeurs de guidon comprises entre 600 et 800 mm. Sur les VTC, on utilise souvent des guidons fortement courbés, mais aussi des Flatbars issus de l’univers du VTT, mais avec des largeurs comprises uniquement entre 600 et 660 mm. Les vélos de ville spéciaux sont souvent équipés de guidons d’une largeur de 600 mm et d’une courbure vers l’arrière encore plus importante. Ces propriétés ont pour but de soulager les bras et les mains. 
Les guidons droits présentent le gros avantage de pouvoir être raccourcis au cas par cas si le fabricant le permet.

Qu’il s’agisse d’un guidon de VTT ou d’un Drop-Bar, il est souvent utile de les tester encore et encore. Vous ne pouvez pas acheter d’innombrables guidons de vélo, c’est pourquoi de nombreux revendeurs, comme le magasin BIKE24 de Dresde, vous proposent des configurations personnalisées.

Les différentes matières des guidons

De l’aluminium solide, de l’acier stylé, du carbone plus léger ou encore du titane rare ? Nous vous aidons à faire votre choix et vous en sortirez gagnant.

Tout comme vous pouvez trier les guidons pour VTT ou vélos de course, vous pouvez aussi filtrer les matières utilisées dans la boutique BIKE24. Le guidon de course idéal doit être léger, robuste et rigide lors des sprints, tandis qu’un guidon de VTT doit être stable et résistant, tout en restant léger. 
Dans l’univers des guidons, on opère souvent une distinction entre la rigidité et la stabilité. Un guidon rigide est si peu flexible qu’il transmet de manière optimale la force du cycliste. Un guidon stable en revanche peut présenter une force de rupture élevée mais être flexible aux extrémités. Cela signifie que malgré une forte charge de flexion, il ne casse pas. Toutes les matières ont leur légitimité pour un guidon de vélo, mais elles présentent aussi des avantages et des inconvénients en termes de poids, d’optique et de design, de stabilité ou de rigidité et de durabilité. Vous en apprendrez plus ci-après.

Aluminium : une matière polyvalente

L’aluminium est la matière la plus utilisée pour les guidons de vélo. Il supporte bien les charges tout en restant relativement léger. De plus, lors de la fabrication du guidon, il peut prendre facilement la forme souhaitée, mais aussi être usiné et ennobli en surface. Le processus simple de fabrication joue positivement sur le prix. Mais qu’en est-il de l’efficacité ? Pour fabriquer la matière première, on utilise toujours un alliage d’aluminium. De nombreux fabricants indiquent directement la désignation, comme 6061-T6 ou 7050, sur le guidon. L’aluminium de la série 6000 est un alliage d’aluminium brut, de magnésium et de silicium, tandis que l’aluminium de la série 7000 se compose d’aluminium brut et de zinc. Il est très rare de trouver des alliages de la série 2000 composés d’aluminium et de cuivre. Les additifs comme T6 indiquent si la résistance a encore été améliorée par un traitement thermique.

Outre la composition de la matière, la conification du tube est aussi déterminante pour les propriétés ultérieures du matériau. Les tubes bruts peuvent être chauffés par extrusion pour être déformés, de sorte que l’épaisseur de paroi dans les zones les plus sollicitées soit plus importante en coupe longitudinale. C’est notamment le cas au niveau de la zone de serrage et au début de la première courbure. Aux extrémités du guidon, l’épaisseur de la paroi peut encore être réduite par une conification complexe. En largeur, la matière excédentaire est tout simplement coupée. Ce procédé d’optimisation de la matière est aussi utilisé pour les guidons en acier et en titane. Après avoir été recourbés pour obtenir la géométrie souhaitée, les guidons en aluminium doivent encore être refroidis pour pouvoir être anodisés par exemple. En cas d’anodisation, la couche supérieure de l’aluminium est transformée en couche homogène de protection contre l’oxydation pour offrir une meilleure résistance à la corrosion. Outre la protection offerte, l’anodisation permet aussi de proposer des coloris extraordinaires et durables. 

L’aluminium de la série 6000 est utilisé sur les guidons de vélo et les pièces bon marché. S’agissant de la durabilité, on observe plusieurs avantages en raison des propriétés de l’alliage. Premièrement, l’aluminium série 6000 commence doucement à se déformer après plusieurs variations de charges avant de casser. De plus, il est facile à anodiser, ce qui explique le faible prix de la production d’un guidon complet. Par rapport à l’aluminium des séries 7000 ou 2000, la série 6000 offre une résistance et une stabilité plus faibles. Pour compenser, l’épaisseur de paroi des guidons fabriqués en alliage série 6000 est plus importante, ce qui influence le poids. Concernant la rigidité possible, ils n’ont rien à envier aux autres alliages dans le cas d’une section de tube adaptée. Concernant le poids, les guidons en aluminium série 6000 se placent dans la partie inférieure, voire dans la fourchette intermédiaire par rapport aux autres matériaux. Les différences dépendent de l’optimisation des épaisseurs de parois. Un guidon de vélo moderne en aluminium série 6000 d’une largeur de 44 cm pèse environ 300 g.  
Un Riser-Bar de VTT dans la même matière avec une largeur de 760 mm et un diamètre de 31,8 mm peut vite atteindre plus de 340 g.

Les guidons fabriqués en aluminium 2014, 7050 ou 7075 affichent un poids plus faible et leur résistance et leur stabilité s’améliorent. Un guidon de VTT tout aussi large et tout aussi épais dans la zone de serrage en aluminium 7075 peut afficher un poids de 300 g ou moins.

Les guidons de course légers en aluminium série 7000 peuvent même peser moins de 260 g. Les guidons de vélo en alliage d’aluminium de grande qualité sont plus onéreux mais offrent toujours un très bon rapport qualité/prix. Le prix s’explique par les coûts plus élevés de fabrication, à savoir conification, façonnage et anodisation de finition.

Il n’existe pas plus léger que le guidon de vélo en carbone

Déjà au milieu des années 90, les guidons de vélo en carbone se sont multipliés auprès des cyclistes professionnels. Aujourd’hui, ils constituent aussi le premier choix des cyclistes actifs qui cherchent à atteindre une stabilité optimale avec un poids relativement faible. Mais qu’est-ce que le carbone ? Le carbone, aussi appelé CFK, est un matériau composite à base de fibres de carbone intégrées dans une matrice plastique. On parle aussi de polymère renforcé de fibres de carbone. 
Ces fibres de carbone ultra légères et pourtant très résistantes permettent donc d’utiliser le plastique dans l’univers du cyclisme. Et ce n’est pas tout : tandis que les métaux supportent presque tous aussi bien les charges dans toutes les directions, le carbone résiste le mieux aux forces dans le sens des fibres. Cela signifie que les fibres ou les couches de tissus (ce qu’on appelle des préimprégnés carbone) dans les guidons en carbone peuvent être utilisées de manière ciblée dans le sens des charges prévisibles. Après la phase de développement avec des calculs, des simulations et des tests complexes effectués sur de nombreux prototypes en laboratoire, des zones très sollicitées ont pu être renforcées de manière ciblée et d’autres zones ont pu profiter d’économies de matière. Les pièces ainsi fabriquées sont particulièrement légères, rigides et stables, si bien que des guidons en carbone pour vélos Downhill ont aussi pu être développés sans hésitation.

En comparaison avec leurs homologues en aluminium, les guidons de course en carbone plus légers mais extrêmement résistants pèsent seulement 180 g pour une largeur de 44 cm. Les guidons en carbone pour VTT enduro d’une largeur de 760 mm atteignent en moyenne 190 g. Des valeurs impressionnantes qui ont aussi naturellement un prix. Vous ressentez chaque fibre au sens propre sur les guidons de vélo en carbone. C’est à cause de la structure tissulaire de la couche visible. Le faisceau de fibres composé de 3 000 filaments dans le cas du carbone 3K donne à votre nouveau guidon et à tout votre vélo un look unique. Outre les finitions en carbone 3K, il existe aussi des guidons avec une finition 12K et UD.

UD signifie que les fibres sont unidirectionnelles. Elles sont parallèles à la matrice plastique et ne sont pas tissées, d’où un aspect extérieur plutôt style camouflage et visuellement agréable. La boutique BIKE24 propose uniquement des guidons en finition UD, mais la structure sous-jacente en carbone se compose toutefois de couches de tissu pour contrebalancer la défaillance soudaine des matériaux. Enfin, les pièces sont souvent recouvertes d’une couche de vernis transparent ou simplement polies. Plus rare, mais il est aussi possible de trouver des guidons en carbone laqués parmi la vaste gamme existante. La tendance quand vous optez pour des pièces en carbone, c’est de montrer ce que vous possédez. C’est encore assez rare sur le marché, mais des éléments qui attirent assurément le regard sont les guidons de vélo, les potences et les autres pièces du poste de pilotage revêtus de fibres de couleur rouge ou bleue par exemple.

Vous pensez peut-être que ce sont surtout des pièces Bling-Bling, mais nous pouvons vous rassurer. Les guidons de vélo en carbone de fabricants réputés respectent des standards de qualité très élevés à toutes les étapes de production et peuvent supporter les charges attendues. Ils supportent aussi les charges de compression qui surviennent dans toutes les directions au niveau de la potence via le serrage. Concernant le montage du guidon, nous vous conseillons de respecter les étapes de montage indiquées par le fabricant ainsi que le couple de serrage des vis de serrage. Si vous ne possédez pas de clé dynamométrique, ni de pâte de montage pour le carbone, vous trouverez tout ce qu’il vous faut dans la boutique BIKE24 sous les outils et les lubrifiants.

Le guidon en acier : extrêmement robuste et esthétique

Tout comme sur les premiers vélos, l’acier était aussi le matériau de prédilection pour les premiers guidons de vélo. Aujourd’hui, l’acier est encore utilisé pour la fabrication des guidons en raison de sa grande résistance à la traction et des bonnes possibilités de transformation.  
Il existe deux variantes de guidons en acier : les modèles bon marché en tube d’acier Hi-Ten épais avec un poids particulièrement élevé et les guidons disponibles chez BIKE24 en tubes d’acier Chromoly à renfort de grande qualité. Les aciers de grande qualité utilisés dans le domaine du cyclisme sont des alliages métalliques trempés. Outre le fer, ils se composent de carbone et d’autres éléments métalliques comme le chrome, le molybdène et le nickel. Plus leur proportion est élevée, plus la résistance à la traction et à la corrosion augmente. Les aciers fortement alliés permettent de produire des guidons de vélo en acier avec une section de tube tout aussi attrayante d’un point de vue esthétique que l’aluminium avec un poids modéré.

En comparaison, un Riser en Chromoly de 760 mm de large pèse 400 g. De plus, les pièces en acier peuvent être soudées pour atteindre une plus grande stabilité, ce qui les rend particulièrement intéressantes pour des disciplines comme le BMX. De nouveaux guidons de course en acier et des guidons cintrés viennent remplacer des guidons en acier rouillés sur d’anciens vélos de course, vélos de randonnée, vélos de tourisme et autres modèles classiques. En parlant de corrosion, voilà qu’outre le poids, nous en arrivons au deuxième petit bémol de l’acier : la sensibilité à la corrosion. Les guidons en acier qui ne sont pas fortement alliés doivent encore être laqués ou chromés pour les protéger contre la corrosion.

Le guidon en titane : véritablement exotique avec des caractéristiques exceptionnelles

Les alliages d’acier présentent des avantages en termes de résistance, de solidité et d’aspect visuel. Leurs principaux défauts sont leur poids élevé et leur sensibilité à la corrosion.  
Le titane plus onéreux vient gommer ces inconvénients et combine le poids intéressant des matériaux légers à une stabilité optimale avec un très bon rapport résistance/poids. Dans le même temps, la composition de ce matériau assure une résistance illimitée à la corrosion et ainsi une très longue durabilité. De plus, le titane est très flexible et offre ainsi une sensation de conduite « vivante ». Ce matériau est donc tout à fait adapté aux guidons de vélo. Mais qu’est-ce que le titane ? Les matières premières de cet alliage sont rares et donc onéreuses, comme le titane brut, l’aluminium et le vanadium. La transformation est aussi fastidieuse et chère.  
Les guidons-bijoux qui en résultent vous séduiront par leur finition brute gris argenté élégante et généralement polie, mate ou hybride. En effet, la couche supérieure des alliages de titane forme une couche d’oxyde protectrice. Concernant le poids, les guidons en titane s’apparentent aux guidons légers en aluminium. Un Riser-Bar en titane avec un serrage de 31,8 mm et une largeur de 780 mm pèse environ 320 grammes.

Les avantages des ensembles Guidon-Potence

Vous avez certainement déjà vu un bolide de compétition destiné aux courses sur route ou XC, dont les formes aérodynamiques sont gracieuses et où chaque détail compte. Cette forme très pure et sobre est souvent atteinte grâce à une intégration parfaite.  
Par le passé, pour favoriser l’aérodynamisme, il était crucial de prêter attention au guidon, à la potence et à la fourche. En réunissant le guidon et la potence en un seul élément, vous pouvez considérablement l’améliorer. Procédons dans l’ordre : les guidons de vélo en carbone et en aluminium largement répandus sont des précurseurs avec un câblage externe ou des gaines de câbles internes. En proposant ce guidon de vélo et un levier optimisé de vitesses/frein, les câbles de dérailleur désignés communément par corde à linge peuvent être posés le long du guidon. Dans la zone de serrage, avec cette solution, c’est malheureusement de nouveau la fin d’un cockpit bien rangé et les tourbillonnements constituent toujours un effet secondaire disgracieux.  
Le lancement des freins à disques sur les vélos de course a favorisé une installation plus claire. Très rapidement, les fabricants de composants ont choisi d’intégrer une gaine dans la fourche et le cadre pour le câble de frein. L’intégration au niveau du guidon de vélo n’était en aucun cas terminée. Les guidons de vélo modernes combinent désormais le guidon et la potence en carbone avec une gaine interne. Les guidons d’abord lancés sur les vélos de course, puis sur les VTT ressemblent à bien des égards à des guidons classiques.

  1. Bon rapport rigidité/poids
  2. Gaine de câbles entièrement interne
  3. Câbles protégés
  4. Meilleur aérodynamisme
  5. Particularité optique pour votre configuration sur mesure

Les potences adaptées et les accessoires utiles

La potence, le jeu de direction, le guidon et la tige de selle sont importants visuellement et en termes de posture. La potence et le guidon doivent avant tout être compatibles l’un avec l’autre au niveau de la zone de serrage. Sur les VTT, il existe de nombreux modèles de potences dotées d’un serrage de 31,8 ou 35 mm. Vous devez également faire attention à la largeur de serrage. Si vous possédez un guidon plutôt large pour votre vélo enduro, Downhill ou Freeride, vous ne pouvez bénéficier d’une grande stabilité qu’avec le soutien appropriée de la potence. Certaines combinaisons de matériaux sont recommandées tant sur le plan visuel que pour leurs propriétés* :

  • Guidon et potence en aluminium
  • Guidon et potence en acier
  • Potence en aluminium et guidon en carbone
  • Potence et guidon en carbone
  • Guidon et potence en titane
  • Guidon en titane et potence en aluminium 
*Pour toutes ces combinaisons, nous vous conseillons de respecter expressément les recommandations du fabricant et les couples de serrage indiqués.

Pour réaliser votre configuration personnalisée de rêve, les bonnes couleurs et une belle finition sont déterminantes. La vaste gamme de guidons et les autres pièces destinées au poste de pilotage du vélo en aluminium contiennent des éléments laqués ou anodisés. La couche supérieure de l’aluminium peut afficher une finition sablée, mate ou polie brillante. Si vous voulez utiliser des pièces de couleur de différents fabricants ou de plusieurs gammes, veillez à choisir des teintes homogènes avant le montage.  
💡 Ce serait parfait si le jeu de direction, l’entretoise et le collier de selle s’intégraient aussi de manière harmonieuse avec l’ensemble. 
Étant donné que la fascination pour l’acier et le titane repose majoritairement sur leur finition brillante noble incolore, la plupart des guidons, des potences et des supports sont mats ou brillants polis. Dans le cas du titane, il est aussi possible que la surface soit sablée pour un look plus singulier. Les guidons en acier composés d’aciers non inoxydables sont chromés à des fins de protection. Les guidons de vélo en acier inoxydable Niro et les guidons en titane présentent un aspect fini sans couche de protection supplémentaire.  
Vous souhaitez combiner des pièces en carbone au niveau du poste de pilotage, faites attention aux données relatives à la structure tissulaire de la finition comme les mentions 3K, 6K, 12K ou UD et vérifiez que les pièces en carbones sont laquées avec un vernis transparent.

De nombreux fabricants proposent aussi des lignes complètes de pièces assorties visuellement pour ces raisons.

Outre le guidon, la longueur et l’angle de la potence vous permettent d’influencer positivement votre position de conduite. Vous en apprendrez davantage à ce sujet dans la rubrique : Comment bien régler votre nouveau guidon.

Malgré des matériaux aux propriétés innovantes, un design agréable et un look élégant, les guidons de vélo modernes ont aussi besoin de poignées ou rubans de guidon aux points de contact. Les poignées sont presque toujours installées sur les guidons. Un ruban de guidon enroulé est utilisé sur les guidons de course et autres formes cintrées. Ce revêtement posé sur le guidon a plusieurs objectifs généraux :

  • Il offre une isolation thermique surtout en hiver
  • L’adhérence est plus importante pour éviter de glisser par exemple en cas d’humidité
  • Un rembourrage permet d’absorber davantage les chocs et les vibrations
  • Une option supplémentaire pour vous démarquer

Les poignées pour guidons de vélo se composent souvent de caoutchouc (caoutchouc synthétique), de silicone et parfois de liège ou de cuir. Il est aussi possible de les combiner pour profiter de manière ciblée de leurs propriétés positives. Des capuchons sont encore généralement apposés à l’extrémité du guidon. Certains modèles tiennent sur le guidon grâce à leur frottement statique. Sur les modèles haut de gamme, si la poignée est installée sur un manchon ou un support qu’elle serre fermement, on parle de poignées Lock-On. Le serrage peut être effectué à une ou aux deux extrémités ou en interne. Les poignées Lock-On sont bien fixées et ne bougent plus. Vous devez bien avoir en main votre guidon de vélo. Mais toutes les mains n’ont pas la même taille. Par conséquent, les fabricants de poignées essaient d’augmenter la surface de contact ou l’appui avec des diamètres et des formes différents adaptés à plusieurs types de mains. Vous réduisez ainsi la fatigue et les mauvaises positions. Il existe aussi des poignées offrant un support pour la paume de la main, des Bar-Ends VTT intégrés ou les deux. Les supports pour la paume de la main vous évitent de plier le poignet et sont supposés vous protéger contre les gênes ou les problèmes de circulation quand vous roulez à vélo. Les Bar-Ends VTT, qu’on appelle aussi des embouts de cintre, permettent aux amateurs de vélo de tourisme de bénéficier d’une position supplémentaire sur leur guidon de VTT ou de VTC. Lors des sprints et en montagne, les Bar-Ends permettent aussi de tirer activement sur le guidon et d’appliquer davantage de pression sur les pédales.

Si vous achetez un nouveau vélo de course ou vélo Gravel, celui-ci est livré avec un guidon enveloppé d’un grip. Ce grip permet de recouvrir entièrement la zone de préhension du guidon de course. Un ruban de guidon classique se compose de coton, de liège ou de cuir. Certains modèles modernes contiennent de la mousse EVA. Certains fabricants en proposent aussi en différentes épaisseurs pour mieux absorber les vibrations et s’adapter aux mains des cyclistes. Les extrémités des guidons de course sont aussi dotés de capuchons.

Si les capuchons en plastique ne vous plaisent pas ou si vous les perdez régulièrement, optez pour des bouchons d’extrémités vissés. Outre leur système de fixation sécurisé sur le guidon grâce à un extenseur, ils sauront vous séduire par leur finition élégante en aluminium ou en acier. Astucieux, certains modèles intègrent un mini outil, très utile lors de vos déplacements.

Comment bien régler votre nouveau guidon

Le réglage du guidon est primordial pour bénéficier d’une position de conduite optimale. La position de base du guidon dépend du type de vélo et du domaine d’utilisation.

Vous remarquerez que votre position n’est pas la bonne si vous ressentez des tensions désagréables et des douleurs dans la nuque, les épaules, le dos et les poignets. En théorie, votre position est la bonne si votre colonne vertébrale conserve sa forme en S naturelle. Le guidon et la selle doivent donc être réglés de telle sorte que votre bassin soit légèrement incliné vers l’avant pour former une légère cambrure. Dans cette position, les muscles du bas du dos et du ventre travaillent de manière optimale. Vos bras doivent être légèrement repliés et vos coudes doivent être orientés vers le bas. Avant d’apporter une quelconque modification, nous vous recommandons de mesurer et de noter les réglages actuels. Vous pourrez ainsi les rétablir à tout moment. Si vous avez tout noté, il est temps de commencer à améliorer votre position de conduite.

Premièrement, vous devez contrôler la hauteur du guidon. Vélo droit, vous la mesurez du sol au guidon supérieur sur un vélo de course ou aux extrémités du guidon sur un VTT. La valeur obtenue doit être mise en corrélation avec la hauteur de selle. On désigne ce rapport par surélévation de la selle sur la base des selles plus hautes sur les vélos de course. La hauteur du guidon a une influence sur la hauteur de l’entretoise, de la potence et du Rise du guidon. Outre la hauteur du guidon, l’écart entre la selle et le guidon ou les poignées de frein ainsi que l’inclinaison du guidon jouent un rôle important pour une position de conduite agréable. Vous pouvez donc avoir une influence sur la longueur de la potence, la courbure vers l’arrière et l’orientation du guidon. En temps normal, la règle est la suivante pour la courbure vers l’arrière : plus l’inclinaison vers l’avant du haut du corps est faible, plus le Backsweep est important. Le guidon doit donc être tourné dans la potence de sorte que vos bras soient légèrement fléchis en position de conduite classique selon le type de vélo.  
💡 Des lignes de guidage sont imprimées sur la plupart des guidons pour vous aider à effectuer les réglages.

Selon le type de vélo, les réglages suivants s’appliquent.

VTT – Trail/Randonnée

Sur les vélos de trail modernes, le poids sur la selle et le guidon doit souvent être équilibré pour une répartition homogène du poids aussi bien en montée qu’en descente. En position de conduite normale, vous devez donc être installé de manière confortable avec une inclinaison du haut du corps de 55 - 60° et en descente, le cycliste peut sans problème décaler son poids vers l’arrière. Si votre vélo est équipé d’une tige de selle télescopique et si vous modifiez la hauteur du guidon, vous avez un peu plus de marge de manœuvre mais vous profitez aussi de meilleures caractéristiques de conduite en montée et en descente. Des Riser optimisés pour le confort sont souvent utilisés avec une courbure vers l’arrière de 9 - 16°.

VTT – Cross country (XC)

Parlons maintenant de la position sur un véritable VTT cross country, sur un vélo de course et un vélo de cyclo-cross conçus pour atteindre des performances élevées. Les vélos optimisés pour les trails sont aussi surélevés, mais de manière modérée avec maximum 5 cm. L’inclinaison du haut du corps d’environ 40° est aussi plutôt sportive. Ce réglage permet de faire face au tracé fluctuant de la route. Les endroits difficiles exigent une pression maximale de la roue avant, tandis que sur les sections planes, chaque watt compte en cas de résistance au vent faible. Pour que tout se passe bien aussi dans les descentes toujours plus exigeantes, la surélévation est augmentée au moyen d’une tige de selle Dropper. Outre la hauteur du guidon, la forme du guidon influence aussi le déploiement optimal des performances. Les coureurs cyclistes utilisent généralement des Flatbars légèrement courbés (9° et moins).

VTT – Downhill/Parkride

Si vous aimez repousser vos limites sur des terrains extrêmement abrupts, nous vous recommandons de choisir un autre guidon que celui dédié au trail en plus d’un vélo Downhill spécial.  
Étant donné que le cycliste reste presque toujours en position d’attaque en descente et dans les bike parks, la selle est entièrement rabaissée. Il ne s’assoit sur la selle que très rarement lors des transferts. L’avant du vélo est donc automatiquement plus haut et le centre de gravité du corps peut très facilement être décalé vers l’arrière. Vous risquez aussi nettement moins de passer par-dessus le guidon.  
Si vous vous rendez quand même régulièrement au bike park avec un ancien vélo XC ou de trail, vous pouvez envisager d’opter pour un guidon Downhill large, une entretoise plus haute et une potence courte avec un angle positif. 
L’avant des vélos Downhill spéciaux convient parfaitement aux exigences des pistes de Downhill difficiles. Avec la hauteur plus élevée des fourches au débattement important, la hauteur du guidon est aussi plus élevée. Grâce à une potence courte associée à un guidon Downhill particulièrement large, vous pouvez rapidement et efficacement convertir les consignes de guidage. Les Riser Downhill se repèrent souvent à un Rise important compris entre 25 et 35 mm. La courbure vers l’arrière d’environ 8° reste modeste.

Vélo de course/Cyclo-cross – Classique/performance

Sur les vélos de course ou les vélos de cyclo-cross avec lesquels vous ne devez pas craindre la concurrence, la surélévation est particulièrement importante. Elle désigne la différence de hauteur entre la selle et le guidon.  
Et où tout cela vous mène-t-il ? Avec une inclinaison du haut du corps à plat sur le guidon supérieur et inférieure à 20° sur le guidon inférieur, la résistance au vent diminue et la vitesse augmente dans l’idéal. Une surélévation de la selle de 8-10 cm n’est pas rare chez les professionnels pour atteindre des valeurs aérodynamiques idéales. Lorsque vous voulez effectuer des visites panoramiques, des entraînements ambitieux et des compétitions avec votre vélo de course ou si vous êtes engagé dans des compétitions de cyclo-cross, vous pouvez plutôt opter pour une surélévation modérée de 4 à 6 cm pour plus de confort et de contrôle en descente. Vous pouvez modifier la position du guidon en choisissant une potence négative et une petite entretoise, voire pas d’entretoise du tout. Outre l’inclinaison du haut du corps, l’angle entre le haut du corps et les bras passe aussi à 80-90° avec une surélévation plus importante.  
Dans cette position, le centre de gravité se déplace devant les pédales et vous pouvez transmettre votre force de manière optimale. Pour conserver cette position de conduite sur une longue période, le corps et tout particulièrement les muscles du dos et du ventre doivent être habitués aux efforts prolongés. Les vrais guidons de course ne proposent pas de Rise et parfois un Backsweep de 2 à 3°.

Vélo de course de Gravel/Tout-terrain

Les vélos de course destinés aux randonnées et aux déplacements professionnels ainsi que les vélos Gravel et tout-terrain sont toujours plus confortables, tout en restant rapides. Ils se distinguent par une surélévation faible (2-3 cm) ou une selle au même niveau que le guidon. De ce fait, l’inclinaison du haut du corps est plus faible, ce qui rend la position de conduite plus agréable sur de longues périodes. Pour ce faire, nous utilisons généralement plusieurs entretoises et une potence plus courte montée positivement. Si vous êtes en bonne forme et si vous empruntez aussi beaucoup de route avec votre vélo de course de randonnée ou si vous descendez rarement des pistes en gravier avec votre vélo tout-terrain, vous envisagerez plutôt une surélévation plus importante et une position plus étendue. En revanche, si vous êtes débutant et si vous circulerez beaucoup en ville avec votre vélo Drop-Bar ou si vous vous aventurez aussi parfois sur des terrains raides avec votre vélo Gravel, vous opterez plutôt pour une surélévation moindre, voire aucune surélévation et une position plus compacte. Pour améliorer le niveau de confort en randonnée ou le niveau de contrôle en tout-terrain, les Drop-Bar avec Rise (10-15 mm) et Backsweep (env. 4,5-6°) sont de plus en plus privilégiés.

Vélo tout chemin (VTC)

Les VTC combinent confort et performance. Grâce à une surélévation du guidon de 5-10 cm, vous pouvez atteindre une inclinaison du corps entre 60 et 80° et un angle entre le haut du corps et le haut des bras de 70 à 80°. Pour bien régler le poste de pilotage, on utilise généralement des entretoises et des potences avec 17° et plus. Il existe un vaste éventail de formes de guidons : des Flatbars étroits et légèrement courbés pour une conduite sportive et des envies de tout-terrain ou des guidons Ergo cintrés dans plusieurs directions pour plus de détente sur deux roues.

Vélo de ville

Comme mentionné dans la rubrique « Quand remplacer le guidon de votre vélo », la selle supporte une grande partie du poids du cycliste sur les vélos de ville. C’est pourquoi, la potence, l’entretoise et le guidon de vélo sont optimisés pour une position de conduite droite. Cela signifie que le guidon doit être situé au moins 10 centimètres au-dessus de la selle. Ce réglage combiné à la forte courbure vers l’arrière du guidon permet au cycliste utilisant un vélo de ville d’être assis droit. L’inclinaison du haut du corps doit en théorie se situer entre 90 et 80° et l’angle entre les bras et le haut du corps doit être de 60° ou moins. Montrez-moi votre Rise, montrez-moi votre Sweep ou plutôt votre Backsweep. Vous reconnaissez immédiatement un guidon de vélo de ville à sa forte courbure vers l’arrière (plus de 25°) et souvent aussi à son grand Rise (il n’est pas rare d’en voir de plus de 30 mm).

Recommandations générales

Si vous voulez davantage de pression sur la roue avant ou le guidon, vous pouvez l’abaisser en utilisant moins d’entretoises. Vous pouvez aussi opter pour une potence avec rotation à 90°. Vous voulez plutôt soulager vos poignets, vos épaules et votre nuque ? Alors vous pouvez augmenter la hauteur du guidon (si le pivot de la fourche est suffisant) avec des entretoises ou une potence avec un angle plus raide. Si la stabilité de votre vélo n’est pas très importante, vous pouvez aussi envisager une potence avec réglage de l’angle. Si vous possédez un ancien vélo avec potence à plongeur, c’est encore plus simple. Il vous suffit de desserrer une vis de serrage (dirigée vers le bas en direction de la fourche) pour modifier la hauteur. N’oubliez cependant pas de tenir compte de la profondeur d’insertion minimale.

Outre la hauteur du guidon et l’écart avec la selle, la zone d’assise et la géométrie du cadre ont aussi une énorme influence sur la position de conduite et un développement efficace des performances. Pour une configuration optimale de votre vélo, vous devez toujours tenir compte de tous les composants du système.