Plus de 800 marques
Retours faciles et gratuits sous 30 jours
Filtre

Vélos de triathlon : aérodynamiques face au vent

Seul(e) contre la montre – Le contre-la-montre fascine depuis toujours les fans de vélo. C’est en combat singulier que l’on voit qui est le meilleur et quel vélo CLM est le plus efficace sur la route. Pour les triathlons longue distance, les exigences sont variées : en plus des 3,8 km de natation et des 42 km de course à pied, il faut faire 180 km à vélo dans une position assise la plus aérodynamique possible. Pour cela, il faut utiliser des vélos de triathlon très rapides. Vous découvrirez ici ce qu’est un vélo de triathlon et ce à quoi vous devez faire attention lors de l’achat ! Continuer de lire

Vélo de triathlon et vélo de contre-la-montre – Les vélos les plus rapides

180 kilomètres seul(e) contre les éléments et les secondes : presque aucune discipline cycliste n’est plus dure qu’un triathlon longue distance. Même les plus longs contre-la-montre individuels des compétitions professionnelles sont loin d’être aussi difficiles en matière de distance que le parcours des participants à un triathlon longue distance. Ce n’est donc pas étonnant si, suite à la popularité accrue du triathlon dans les années 1980, la technique a également évolué dans une direction visant à faciliter les efforts des athlètes pour parcourir le plus rapidement possible la distance fatidique de 180 km. La recette pour y parvenir : optimiser l’aérodynamisme.

La raison en est simple : il est possible de gagner jusqu’à trois minutes de temps de course en économisant juste dix watts sur un triathlon longue distance. Si l’on considère que la position aérodynamique sur un guidon Aero peut à elle seule améliorer la vitesse de jusqu’à 50 watts, on comprend vite pourquoi l’optimisation de l’aérodynamisme des vélos est particulièrement utile en triathlon. Alors que dans le vélo sur route, on s’est longtemps focalisé sur l’amélioration du poids, dans le triathlon, ces dernières décennies, les ingénieurs se sont penchés notamment sur la réduction de la résistance au vent. Au fil des années, la position de conduite des athlètes est devenue de plus en plus allongée et plane, les tubes des cadres de vélos de triathlon et de vélos CLM ont adopté des formes de plus en plus aérodynamiques et les composants sont conçus de façon de plus en plus aérodynamique.

Le résultat de cette évolution est le triathlon d’aujourd’hui, qui représente le nec plus ultra des technologies du cyclisme de course en matière de vitesse, à l’exception des parcours extrêmement montagneux ou sinueux. Dans le cyclisme de route également, les bolides Aero font désormais partie de l’équipement de tous les compétiteurs et compétitrices, qui les utilisent lors des contre-la-montre individuels et par équipe. C’est pourquoi on parle aussi de vélos de contre-la-montre dans le cyclisme sur route.

Quelle est la différence entre un vélo de course et un vélo de triathlon ou de course Aero ?

Un vélo de triathlon ou de contre-la-montre offre donc de nombreux atouts en matière de vitesse moyenne grâce à son aérodynamisme optimisé. Au niveau technique, ces deux types de vélos sont comme des vélos de course, ce qui amène de nombreux adeptes de vélo à se demander quelles sont les différences concrètes entre un vélo de route classique, un vélo de contre-la-montre et un vélo de triathlon. En effet, un vélo de triathlon est un vélo de course : il possède en général des roues de 28 pouces. Il est également équipé d’une fourche rigide. De plus, il est doté de pratiquement tous les composants d’un vélo de course classique. Il existe toutefois quelques différences qui sautent aux yeux dès le premier coup d’œil.

La principale différence entre un vélo de triathlon et un vélo de course normal est la position de conduite : alors que les cyclistes roulent généralement debout ou dans la position appelée « guidon inférieur » sur un vélo de route classique, la position de conduite sur un vélo de triathlon est nettement plus basse et plus allongée. Alors que sur un vélo de course vos bras sont normalement écartés et vos mains sur le guidon à proximité des poignées de frein, sur un vélo de triathlon, vous êtes littéralement allongé(e) sur le guidon aérodynamique spécialement conçu pour le triathlon et les courses contre-la-montre. De plus, sur ces modèles les bras sont très rapprochés. Tout cela a l’avantage de générer moins de résistance à l’air et donc d’avancer plus vite. Une autre caractéristique des vélos de triathlon et de contre-la-montre en matière de position de conduite est que, contrairement aux vélos de course, ils possèdent un cadre plus compact et un tube de selle plus raide. Cela aide les coureurs et les coureuses à maintenir plus longtemps une position aérodynamique optimale sur le guidon de contre-la-montre.

Mais il n’y a pas que la position qui diffère. Le design des vélos est également différent. Ainsi, le vélo de triathlon est généralement beaucoup plus fin qu’un vélo de course normal, ce qui a aussi l’avantage d’offrir moins de surface frontale au vent. Cela commence par les tubes du cadre, qui sont fins et en forme de goutte d’eau sur les vélos de triathlon et de contre-la-montre. Puis le guidon est plus étroit de quelques centimètres sur les vélos Aero que sur les vélos de route classiques. De plus, les roues des vélos de triathlon possèdent généralement des jantes à profil haut : ce qui est un autre avantage lorsqu’il s’agit de réduire la résistance au vent et de rouler plus vite. En bref : sur un vélo de triathlon, tout est conçu pour offrir le moins de résistance possible à l’air, notamment seul contre le vent, et atteindre ainsi la vitesse moyenne la plus élevée possible en roulant. Le vélo de route classique, quant à lui, présente une solution alliant poids, bonne maniabilité, confort et vitesse.

Le vélo de course Aero – Le meilleur des deux mondes

En plus des vélos de course classiques et des vélos de triathlon, il existe également des vélos de course dits « Aero ». Ils forment en quelque sorte un compromis entre les deux mondes. Il s’agit en fait de vélos de course qui possèdent des profils de tubes particulièrement aérodynamiques. Ils conviennent surtout aux cyclistes qui s’entraînent souvent sur des terrains plats et qui roulent à des vitesses élevées pour pouvoir bénéficier d’un meilleur aérodynamisme. Parallèlement, les triathlètes utilisent également des vélos de course Aero. Par exemple, lorsque le drafting est autorisé sur des distances plus courtes.

Vélo triathlon vs. vélo de course – Vue d’ensemble de leurs différences

  • Les vélos triathlon sont, comme leur nom l’indique, principalement utilisés en triathlon. En cyclisme sur route, ils sont utilisés dans les disciplines de contre-la-montre. C’est donc pour cette raison qu’on les appelle des vélos de contre-la-montre.
  • Les vélos triathlon sont aérodynamiques car leur aérodynamisme est optimisé au maximum. Le poids n’est ici que secondaire car les parcours sont en général plats avec de rares accélérations.
  • Les vélos de course sont avant tout optimisés pour offrir un poids plume, une bonne réactivité lors des démarrages, une bonne maniabilité même sur les parcours avec de nombreux virages et un grand confort sur les longues distances. Pour les vélos triathlon ou les vélos CLM, il s’agit avant tout de gagner des secondes dans la lutte contre la résistance à l’air et contre la montre.

Quels sont les composants d’un vélo de triathlon ?

Un vélo de triathlon est constitué des mêmes composants qu’un vélo de course classique. Pourtant, il existe de petites différences qui sont tout de même significatives. Ci-dessous, nous vous présentons les composants typiques qui font en principe partie d’un vélo de triathlon.

Cadre de triathlon ou cadre de contre-la-montre – La base de tout vélo aérodynamique

La forme du cadre d’un vélo de triathlon est généralement très fine et les tubes du cadre sont souvent en forme de goutte d’eau. De plus, le tube de selle des vélos de triathlon est plus raide que le tube de selle des vélos de course classiques. Les vélos de triathlon diffèrent donc assez des cadres de vélo de course sur ces points, par exemple. Cela est dû à la réduction de la résistance à l’air qui permet une liberté de mouvement suffisante. Des mesures en soufflerie montrent qu’un cadre de triathlon permet déjà à lui seul de gagner de 10 à 20 watts par rapport à un cadre de vélo de course classique. Comme les cadres de vélo de course haut de gamme, les cadres de triathlon sont généralement fabriqués en carbone afin de réduire le poids des vélos. En tant que matériau, la fibre de carbone offre d’ailleurs aux fabricants de cadres l’avantage de pouvoir fabriquer des formes de cadres très personnalisées et aérodynamiques.

Guidon de triathlon ou guidon de contre-la-montre – Pour la position de conduite classique aérodynamique

Les guidons de triathlon sont souvent appelés guidons Aero. On comprend donc désormais clairement l’objectif de ces guidons : réduire la résistance à l’air. Ils sont généralement un peu plus fins que les guidons de course classiques et permettent ainsi aux cyclistes de rouler dans une position aérodynamique. Au niveau de la conception, un guidon de triathlon se compose d’un guidon de base plat ainsi que d’un prolongateur de guidon (clip-on) avec des accoudoirs, qui comprend deux prolongements de bras (extensions) pour les mains qui dépassent vers l’avant. Les avant-bras sont appuyés sur les accoudoirs, les mains saisissent les extensions, ce qui permet au/à la cycliste d’être assis(e) sur le vélo dans une position aussi allongée que possible. 
Pratique : avec les guidons de triathlon, il est possible de fixer les leviers de vitesses sur les extensions de bras du prolongateur de guidon. Ainsi, vous n’avez pas à vous redresser inutilement lors du changement de vitesse et vous perdez moins de temps. 

Selle de triathlon ou selle de contre-la-montre – Pour des secondes décisives

Les selles de triathlon sont très fines et plates, afin que les jambes passent le plus près possible du cadre. Cela permet d’optimiser la position de conduite et de réduire la résistance à l’air. La plupart des selles de triathlon disposent d’ailleurs d’un nez plus court que celui d’une selle de vélo de course classique. Cela vous permet de glisser plus vers l’avant de la selle et donc d’allonger votre position de conduite.

Roues aérodynamiques – Naviguer avec le vent plutôt que contre lui

Vous voulez gagner jusqu’à 40 watts ? Les roues aérodynamiques sont donc faites pour vous. Ce n’est pas un hasard si les vélos de triathlon sont équipés de roues aérodynamiques. Des jantes d’au moins 40 millimètres de hauteur permettent de rouler avec le vent. Ces roues offrent d’énormes atouts par rapport aux roues de vélo de route classiques, en particulier lorsque l’air circule latéralement depuis l’avant ou l’arrière. Pour un aérodynamisme parfait, certains athlètes montent d’ailleurs une roue dite « à disque » sur la roue arrière. Il s’agit d’une roue entièrement recouverte qui permet de profiter pleinement de l’effet « voile dans le vent ». Les jantes des roues aérodynamiques et des roues à disque sont presque toujours en carbone.

Les pneus d’un vélo de triathlon – Fins pour des vitesses élevées

Fins et aérodynamiques : c’est ainsi que l’on pourrait le mieux décrire les pneus de triathlon. Les vélos de triathlon sont équipés de pneus très fins. La largeur des pneus est généralement comprise entre 23 et 28 mm. En fonction des préférences de chacun(e), on utilise des pneus à chambre à air, des pneus sans chambre à air ou des pneus pliables classiques. La bande de roulement de ces pneus est optimisée pour une résistance au roulement la plus faible possible, et ils sont également montés avec une pression d’air légèrement plus élevées que sur les pneus de course classiques. Les pneus de triathlon de compétition sont donc plus fragiles face aux dommages causés par les nids de poule ou autres.

Autres composants et accessoires pour les vélos de course contre-la-montre

Guidon, roues, selle, pneus : ce ne sont pas les seuls composants qui font partie d’un vélo de contre-la-montre. Il existe notamment des plateaux aérodynamiques, dont le principe est similaire à celui des roues à disque. Les porte-bidons aérodynamiques et les gourdes aérodynamiques font également partie de l’équipement d’un vélo de triathlon ou d’un vélo de contre-la-montre.

Les freins des vélos de triathlon et de contre-la-montre sont aussi un élément à prendre en compte. En général, vous avez le choix entre des freins sur jante et des freins à disque. Même si la plupart des nouveaux vélos de triathlon sont désormais équipés de freins à disque, de nombreux triathlètes continuent à choisir des modèles avec des freins sur jante. La raison : les freins sur jante peuvent être mieux intégrés au design du vélo en raison de leur aérodynamisme. Les freins à disque, quant à eux, offrent de meilleures performances de freinage. Le choix de la configuration qui vous convient le mieux dépend donc de l’utilisation que vous ferez de votre futur vélo de triathlon. Si vous roulez sur des sentiers de montagne ou présentant de nombreux virages, les freins à disque peuvent vous faire gagner quelques secondes. Si vous ne roulez que sur du plat, l’aérodynamisme optimisé des freins sur jante peut être intéressant.

Par ailleurs, chez BIKE24, vous trouverez un grand choix de vélos de triathlon. Et si vous ne souhaitez pas acheter un vélo de triathlon complet, nous avons également répertorié tous les composants Aero correspondants, du guidon de triathlon au plateau aérodynamique, séparément dans notre gamme.

Guide d’achat – Ce à quoi vous devez faire attention lors de l’achat d’un vélo de triathlon ou de contre-la-montre

Si vous voulez acheter un vélo de triathlon, vous devez d’abord bien réfléchir aux exigences sportives que vous souhaitez pour votre vélo. Tous les vélos ne sont pas adaptés à tous les sentiers et à toutes les compétitions et tous les composants ne sont pas faits pour tou(te)s les athlètes. Par exemple, si vous êtes novice en triathlon, les roues à disque peuvent ne pas être le meilleur choix en raison de leur maniement difficile par vent fort. De même, c’est pour cette raison que ces vélos ne sont pas autorisés dans toutes les compétitions.

Le point le plus important lors de l’achat d’un nouveau vélo de triathlon est toutefois de choisir la bonne taille de cadre. En effet, si la taille du cadre n’est pas adaptée, il est très probable que vous ne soyez pas satisfait(e), que ce soit de l’aérodynamisme ou du confort. En principe, le vélo de triathlon consiste à s’asseoir le plus horizontalement possible sans toutefois devoir subir de trop grandes restrictions sur le plan de l’efficacité musculaire et du confort. De plus, malgré la position de conduite aérodynamique, vous devez être en mesure de contrôler votre vélo à tout moment. Chez BIKE24, nous vous aidons donc à déterminer la bonne taille de cadre de nombreux modèles grâce à notre calculateur de taille de cadre ou à notre guide des tailles de cadre.

Autres règles importantes pour les vélos de chrono en compétition

Vous souhaitez acheter un vélo de contre-la-montre et l’utiliser dans des compétitions officielles ? Dans ce cas, vous devriez prendre en compte les règlements actuels des fédérations. Actuellement, un vélo de contre-la-montre doit, par exemple, répondre aux exigences suivantes pour les courses de contre-la-montre sur route :

  • La distance entre le centre du pédalier et l’extrémité du guidon ne doit pas dépasser 75 cm.
  • Le bec de la selle doit se trouver au moins 5 cm derrière le pédalier.
  • La longueur de la selle ne doit pas être inférieure à 24 cm.
  • Lorsque vous êtes allongé(e) sur le guidon aérodynamique, l’angle entre le haut du bras et l’avant-bras ne doit pas être supérieur ou inférieur à 120 degrés.
  • Attention : si votre vélo ne remplit pas ces conditions, vous risquez d’être disqualifié(e) lors des courses officielles de contre-la-montre sur route.
    La bonne nouvelle est qu’il existe des exceptions pour les coureurs et coureuses de petite taille ou pour ceux et celles qui ont le haut du corps assez long.

Vélos de triathlon et vélos de contre-la-montre – Résumé

  • En principe, les vélos de triathlon et les vélos de contre-la-montre sont le même type de vélos. Toutefois, les vélos de triathlon sont surtout utilisés pour le triathlon, tandis que les vélos de contre-la-montre sont conçus pour les courses de contre-la-montre sur route. Ici, les différences techniques se situent dans les détails.
  • Les vélos de triathlon et de contre-la-montre ont un aérodynamisme optimisé afin que vous puissiez rouler avec le moins de résistance au vent possible.
  • Pour ce faire, les vélos de triathlon disposent de profils de tubes aérodynamiques et de composants optimisés sur le plan aérodynamique.
  • Les composants aérodynamiques d’un vélo de triathlon comprennent le guidon de triathlon, le cadre de triathlon, la selle de triathlon et les roues aérodynamiques.
  • Sur ces vélos, de nombreux sportifs et sportives utilisent une roue à disque comme roue arrière et des jantes à profil haut sur la roue avant.
  • Les vélos de triathlon disposent d’angles de conduite plus raides et permettent une position de conduite très allongée.
  • Selon le type de compétition, les vélos de triathlon et de contre-la-montre sont soumis à certaines règles techniques imposées par les différentes fédérations.